Vous désirez que certaines de vos photos – ou autres contenus compromettants – n’apparaissent plus dans les moteurs de recherche ? Pour cela, la Cour de Justice de l’Union Européenne a imposé le « droit à l’oubli » sur internet. Le géant Google est le premier touché par cet arrêt.

Afin de se conformer aux nouvelles restrictions, Google a dû mettre en ligne, le vendredi 30 mai, un formulaire de droit à l’oubli pour tous les ressortissants européens. Avec ce formulaire, les internautes sont en droit de demander aux moteurs de recherche, de désindexer les résultats qu’ils souhaitent voir disparaitre.
Conséquence, en moins d’une seule journée Google a reçu plus de 12 000 demandes de retrait provenant d’internautes européens.

La firme américaine n’a pas manqué d’exprimer sa réaction et sa surprise face à cette nouvelle.
Larry Page aurait souhaité que Google soit plus impliqué dans le véritable débat européen sur ce sujet. Il explique que les changements seront longs et compliqués à encadrer, car Google n’est pas équipé pour traiter ce genre de demande.

 

 

Comment remplir sa demande d’oubli sur Google ?

La page du formulaire est assez difficile à trouver, bien entendu, Google n’en fait pas la promotion. Mais la procédure est simple : l’internaute doit fournir quelques informations personnelles et doit expliquer pour quelles raisons les pages le concernent personnellement et pourquoi elles sont “non pertinentes, obsolètes ou inappropriées”.

 

 

Comment trier les données qui seront supprimées ?

Les demandes doivent être traitées au cas par cas avec des interventions humaines et pour l’instant, il n’existe aucun algorithme pour ce genre de requête. Google spécifie qu’il est délicat de trouver le juste équilibre entre la protection de la vie privée, le droit d’accès aux informations et le partage public. Dans le cas d’un retrait des résultats, Google sera en droit de considérer que l’information ciblée représente un intérêt public, et donc, de refuser de désindexer la page.

 

 

Les pages seront-elles vraiment supprimées ?

La réponse n’est pas encore claire, mais cet arrêt ne concernant que l’Union Européenne, il est possible que les liens ne soient supprimés qu’en Europe. De ce fait, les informations resteront bien visibles dans tous les autres pays.

 

Ainsi, la procédure reste très floue, nous ne sommes pas encore dans une totale transparence et protection des données. Si votre demande est urgente pour disparaître du web, vous ne serez pas mieux servi que par vous-même. En effet, n’oublions pas que Google est une société qui collecte des données et qui n’a pas pour objectif de les supprimer.