Depuis l’essor des appareils mobiles, les habitudes de consommation des acheteurs ont changé. Si bien que, capter le client mobile est devenu l’un des enjeux principaux de toutes les stratégies marketing actuelles.

Avec l’explosion du big data à des fins marketing, la connaissance parfaite des clients et l’apparition des moyens web-to-store ; le drive-to-store se trouve être LA solution parfaite des vendeurs pour appliquer une stratégie sur mesure.

 

Le drive to store en quelques mots : Tirer profit d’internet, de la géolocalisation et d’une connaissance affinée de la cible pour attirer les prospects vers les points de vente.

 

Il existe plusieurs possibilités pour un seul objectif principal, accroître l’engagement du consommateur :

Le web-to-store – Analyser et agir sur le comportement d’un client grâce à internet en étudiant son parcours de recherche et d’achat e-commerce pour l’amener en magasin.
Exemple : Suite à une commande en ligne (ou un achat physique), le client bénéficie d’un code promotion pour une remise qui pourra s’utiliser en boutique….

Le mobile-to-store – Utiliser le smartphone de l’utilisateur pour l’attirer dans les points de vente.
Exemple : Des dispositifs peuvent être mis en place dans les rues ou dans les boutiques pour envoyer automatiquement une notification à chaque détenteur de smartphone qui passe près de la borne, afin de l’informer d’une promotion spéciale sur une boutique ou un produit en particulier…

Store locator – Utiliser un smartphone et différentes applications pour trouver le magasin le plus proche.
Product locator – Cela permet à l’internaute de découvrir quel magasin, proche de lui, dispose du produit qu’il recherche.

 

Plusieurs marques ont déjà intégré le drive-to-store dans leur stratégie en utilisant les services ci-dessus ou avec d’autres techniques, tous les moyens sont bons pour augmenter le trafic en magasin.

Par conséquent, les possibilités du drive-to-store sont en pleine évolution et le gain marketing est certain, mais ce n’est pas gratuit. Intégrer ces technologies dans une stratégie nécessite un investissement que tous les vendeurs ne sont pas, encore, prêts à assumer. Par ailleurs, le retour sur investissement à court terme est encore limité. Il reste donc difficile de mesurer la rentabilité globale du drive-to-store.

Grâce à ces nouvelles technologies, les magasins physiques réduisent le parcours entre la recherche initiale de l’internaute et l’acte d’achat réel en boutique, comblant ainsi le fossé qui les séparent des revendeurs en ligne.

 

Le drive-to-store ne serait-il pas le chaînon manquant entre e-commerce et magasin physique ?